Auteur : Laurent Pirnay

La CGSP sera en grève le 27 février !

  Télécharger nos revendications Télécharger l’affiche-tract ” Les prescriptions du Dr Bacquelaine” Télécharger ” Die Verordnungen des Doktor Bacquelaine” Télécharger l’affiche “La pénibilité çà ne cartonne pas!”     La CGSP a pris connaissance du fait que le Ministre des Pensions Bacquelaine a préparé un projet de loi relatif à la pénibilité dans le secteur public, uniquement pour les agents statutaires. Ce projet de loi a été soumis au Conseil des Ministres du 22 décembre 2017 et a été rejeté.  Ce projet de loi comporte plusieurs éléments inacceptables pour la CGSP. Diminution des droits de pension pour une carrière...

Lire la suite

la solidarité n’est pas un crime et les migrants ne sont pas des criminels (motion CGSP)

La CGSP s’insurge contre le projet du gouvernement d’autoriser des visites domiciliaires en vue d’arrêter les étrangers en séjour illégal à leur domicile ou au domicile de la personne qui les héberge.   LA BELGIQUE NE RESPECTE PAS LES DROITS DE L’HOMME  Il est clair que le projet initié par le secrétaire d’Etat Théo Franken et soutenu par le premier ministre va à l’encontre de notre Constitution qui prévoit explicitement l’inviolabilité du domicile.  Il est aussi contraire à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme qui, dans son article 3, prévoit que « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. »  En confortant ainsi le droit à la sûreté, cet article condamne clairement les arrestations arbitraires et illégales et signifie que chaque personne doit être protégée.  A fortiori dans le cadre de son domicile.  LA POLICE N’EST PAS LA POUR PALLIER LES DEFAILLANCES DE L’ETAT  A l’instar des magistrats, les policiers dénoncent le rôle que le gouvernement entend leur faire jouer dans le cadre de ces visites domiciliaires.  S’il relève du rôle de la police de poursuivre et d’arrêter, même à leur domicile, des personnes s’étant rendues coupables de crimes ou délits, ou suspectées de l’être, il n’entre pas dans les prérogatives du policier de pourchasser des personnes dont le seul « délit » est de vouloir rester dans le pays.  Les candidats à...

Lire la suite

Communiqué de presse du secteur Amio

La concertation, vraisemblablement la dernière, avec le Ministre Geens sur le préavis de grève dans le monde carcéral n’a une nouvelle fois rien apporté de neuf aux organisations syndicales. Pire encore, le protocole d’accord signé le 30 mai 2016 semble en fait être un document sans valeur. Nous ne l’avions pas signé. Comme le document le précise clairement, il avait été convenu avec le Ministre de procéder à un comblement du cadre à hauteur de 7.075 ETP. Quel ne fut pas notre étonnement dès lors qu’il est apparu que ce cadre, en dépit de l’accord de l’ensemble du gouvernement, ne pouvait pas être comblé au-delà de 6.825 ETP. Il s’agit d’un manquement évident à la parole donnée. Les autres catégories de personnel restent elles aussi sur le carreau et, pour les promotions, il faut tout à coup chercher des moyens supplémentaires – alors que cette problématique figure elle aussi dans l’accord signé de 2016. La CGSP constate donc que le gouvernement à nouveau ne respecte pas ses accords. En revanche, les discussions concernant le service minimum – qu’il est impossible de dissocier de la pénible problématique du personnel – elles vont bon train. Pire encore, le Ministre Geens a annoncé à la Chambre la venue sous peu d’une loi adaptée. Les partis de la coalition pourraient peut-être d’abord s’atteler à la concrétisation des accords signés. Pour la CGSP, cela...

Lire la suite

Francken Buiten !

La FGTB exige la démission de Théo Francken Aujourd’hui, un secrétaire d’Etat anti-démocratique guide sa conduite à un premier Ministre de droite. Il met en place une politique qui atteint aux droits humains en renvoyant vers une dictature des personnes venues chercher refuge en Belgique. Le premier ministre doit poser un geste fort et démissionner ce personnage inhumain. Nous en appelons à la conscience de Charles Michel qui comme son père Louis a toutes les cartes en main pour dire en acte que la Belgique ne mange pas de ce pain ! FGTB...

Lire la suite

Prime syndicale 2017

Comme chaque année, le moment est venu de renvoyer le formulaire de demande de paiement de la prime syndicale, dûment complété. Voici comment procéder.

Tout qui travaille dans un service public, qu’il soit statutaire ou contractuel, reçoit le formulaire de prime syndicale 2017 au cours du premier trimestre 2018. Ce formulaire comporte quatre parties. Vérifiez que les données mentionnées dans la partie A « rubrique à compléter par l’administration » sont exactes. Les erreurs éventuelles et les données lacunaires peuvent être modifiées dans la partie B du formulaire. Vous devez obligatoirement fournir votre numéro de compte IBAN (voir rubrique C, « à compléter par le membre du personnel »). N’oubliez pas de signer le formulaire ! Envoyez-le au secrétariat de votre secteur ou de votre régionale intersectorielle ou à votre délégué CGSP avant le 1er juillet 2018 !

La prime syndicale 2017 sera réglée avant le 30 septembre 2018 et s’élève à 90 € maximum. Même si vous avez reçu plusieurs formulaires de demande, un seul peut être introduit pour une même année de référence.

La fin des duplicatas !

Depuis 2012, votre service du personnel ne peut plus vous fournir de duplicata, même si votre formulaire a été égaré, si vous ne l’avez jamais reçu ou s’il contient des erreurs structurelles. Si vous vous trouvez dans une telle situation et que vous avez droit à une prime syndicale, deux possibilités s’offrent à vous :

soit vous contactez par mail ou par téléphone votre régionale, votre délégué, votre secteur ou vous vous rendez directement sur place pour informer la CGSP de votre problème ;

soit vous envoyez un mail à l’asbl Prime syndicale (via l’adresse eb.do1519311689capsg1519311689c@wzv1519311689-lbsa1519311689). Vous y mentionnez votre nom, prénom, date de naissance, numéro de membre de la CGSP si vous le connaissez, la référence de votre (vos) employeur(s) en 2017 et les dates éventuelles d’entrée en service et de fin pour l’année de référence.

Nous vous ferons alors parvenir un formulaire de remplacement que vous devez nous renvoyer corrigé, complété et signé. Dès réception de celui-ci, nous entamerons les démarches administratives auprès du Secrétariat de la Commission des primes syndicales afin que le paiement soit effectué.

Attention : le formulaire de remplacement concerne uniquement 2017 ! Suite aux dispositions légales relatives au paiement des primes syndicales, les formulaires de remplacement 2016 ne sont plus acceptés par la Commission des primes syndicales.

A lire !

Edito Tribune

Tweets Récents

Les services publics : c’est quoi ?

Ce gouvernement attaque nos pensions

Cette capsule vidéo est réalisée par le secteur Enseignement.

Plus d'infos sur le site https://www.quelesfanesdecarottes.be/

Devenir adhérent